A quoi ressemble l’habitat de demain ?

Publié le : 03 novembre 20237 mins de lecture

Après les villes « intelligentes », viennent les villes « distribuées ». Les technologies de l’information, les processus d’hologrammes et les transports ultra-rapides détruiront les mégapoles pour un cadre de vie plus décentralisé. L’habitation moderne sera à énergie positive. Elle recyclera l’eau et grâce à une domotique extrêmement sophistiquée, l’environnement d’éclairage, la température, les programmes culturels et plus encore. Elle s’adaptera instantanément à la personnalité de l’utilisateur.

La maison de demain s’adapte aux nouvelles technologies

La technologie prend de plus en plus de place dans la maison moderne. La domotique commence également à faire partie du vocabulaire familier. Cependant, nous ne sommes qu’au début de quelque chose d’encore plus grand qui peut complètement changer la relation avec notre maison. Il faut dire que l’hégémonie des smartphones y est pour quelque chose ! Il est possible que d’ici 2050, la domotique soit une part intégrante de notre quotidien. Chacun pourra bénéficier d’une assistance virtuelle pour piloter à distance nombreux de ses appareils. Les volets, l’éclairage ou encore la sécurité sont déjà programmés à distance, mais ils seront encore développés dans le futur. Des avancées majeures pourraient aider les personnes âgées à être indépendantes à la maison. Ainsi, l’échographie va nous permettre de tout contrôler, quel que soit notre état de santé.

Pour davantage d’informations, cliquez sur ce lien

Les maisons de demain adopteront de nouvelles techniques de construction

Techniquement, les maisons modernes préfabriquées ont un bel avenir devant elles. Leurs avantages sont multiples : des chantiers plus courts et plus propres, des solutions modulables pouvant intégrer tous les domotiques et les paramètres écologiques souhaités, personnalisables à souhait. Le temps de production tend également à diminuer avec l’automatisation des usines.

Si l’impression 3D a le vent en poupe, elle est actuellement principalement utilisée pour fabriquer de petits objets. Son avenir constructif devient cependant de plus en plus certain : l’agence italienne WASP a construit un abri près de Ravenne en utilisant de la terre, de l’eau et de la paille, collectées localement. Cette structure sismique a été créée en une seule fois à l’aide d’une imprimante 3D. Ces imprimantes présentent d’énormes qualités environnementales. Ce qui en font un modèle extrêmement prometteur, une fois développé à plus grande échelle.

À Amsterdam, l’agence DUS est en train de réaliser un prototype de maison de 700 mètres carrés dont chaque élément sera imprimé en 3D. Pour ce faire, plusieurs imprimantes géantes ont été déployées, comme la XL FDM qui peut imprimer des plaques jusqu’à 6 mètres de haut. La maison contemporaine repose sur de nombreux éléments distincts. Des éléments imprimés séparément puis collés ensemble comme une mosaïque en bas-relief. Toutes les spécifications sont intégrées en amont du projet. L’objectif étant d’obtenir des résultats personnalisés qui permettront une grande flexibilité tout au long du processus de conception. L’ensemble peut être démonté si la famille souhaite déménager.

Les maisons de demain adopteront des matériaux du futur

Même si les trois quarts des bâtiments de 2049 ont été construits, la ville « où vivront 75 % des personnes en 2049 » se développera la première grâce à de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux.

Une entreprise fondée récemment a mis au point un nouveau type de bois qui, en extrayant la lignine, une colle naturelle entre les fibres, la remplace par un polymère extrêmement résistant. Résultat : le bois devient aussi durable que le béton, mais avec trois fois moins d’émissions de carbone. Envisager ce « bois renforcé » comme un matériau d’avenir (jusqu’à présent utilisé uniquement dans les intérieurs de voitures), c’est choisir une ressource renouvelable pour construire les gratte-ciels de demain, et préserver les réserves de sable et les châteaux engloutis par le béton.

Les chercheurs développent aussi une alternative au béton, qui est principalement composée de sable et a une empreinte carbone élevée, est le bois. En effet, le bois ne permet pas la construction de bâtiments de plus de 16 étages (risque d’effondrement). Des chercheurs ont trouvé une meilleure solution, en éliminant la lignine (la colle naturelle entre les fibres) et en la remplaçant par des biopolymères, le bois devient aussi solide que le béton, mais avec une empreinte carbone plus faible. Ce matériau a été utilisé dans les intérieurs de voitures et d’avions.

Les maisons de demain s’adapteront au changement climatique

Aujourd’hui, le changement climatique est un sujet de plus en plus populaire. C’est le principal problème auquel la planète est confrontée. L’habitat moderne a pour objectif de proposer des logements durables, économiques et performants permettant de réduire la consommation d’énergie. Outre les nouvelles normes de construction qui entreront en vigueur avec l’énergie verte, les ingénieurs réfléchissent également à la construction du bâtiment lui-même :

  • Architecture bioclimatique pour que le cadre de vie s’adapte pleinement au territoire et le conditionne ;
  • Matériaux d’origine naturelle, recyclée ou technologique ;
  • Des chantiers de construction propres en utilisant moins d’eau et en créant moins de déchets.

Le changement climatique oblige également les ingénieurs à repenser la capacité des bâtiments à résister aux aléas climatiques de plus en plus fréquents. L’objectif est de renforcer la structure de fondation pour éviter les glissements de terrain à la suite d’une catastrophe naturelle ou d’un événement météorologiques. Il est également important de penser à la protection solaire en cas de températures élevées. Les toitures végétalisées répondent à ce nouveau type d’enjeu climatique. En particulier, ils ont la capacité de réguler la température et d’aider à rafraîchir l’air dans les zones urbaines.

Plan du site