Innovation dans l’isolation thermique : des matériaux révolutionnaires à découvrir

isolation thermique

Publié le : 16 décembre 20237 mins de lecture

Le réchauffement climatique ne laisse plus le choix : il est temps de quitter l’anthropocène et de se tourner vers une vision écocentrique du monde. Le secteur du bâtiment l’a bien compris et expérimente beaucoup afin de trouver des solutions innovantes et durables. De nouveaux matériaux font leur apparition et révolutionnent l’isolation. Confort, durabilité et économie d’énergie sont au programme. Petit tour d’horizon des matériaux révolutionnaires qui permettent d’isoler correctement un bâti, en réduisant ses émissions de CO2 dans l’environnement.

L’isolation thermique : qu’est-ce que c’est ?

L’isolation thermique est ce qui permet à une maison de conserver de la chaleur en hiver et de la fraîcheur en été. Les déperditions de chaleur sont traquées, car ce sont elles qui sont responsables d’une consommation importante d’énergie. Le toit est le principal facteur de ces déperditions. C’est par là que la chaleur d’un bâtiment s’échappe.

Une bonne isolation va s’intéresser aux murs, notamment aux endroits où il y a des fenêtres, et au toit du bâti. Son objectif est de maintenir une température agréable à l’intérieur de la demeure, quelle que soit la saison.

De nombreux facteurs influencent les choix que font les professionnels en matière d’isolation. La situation géographique du local, son orientation, le climat de la région, les types des systèmes de chauffage et de refroidissement implantés, les envies du propriétaire : ils passent tout au crible afin de définir les matériaux les plus à même d’apporter le meilleur confort thermique, sans augmenter la facture énergétique.

Il est d’ailleurs possible de voir quelques exemples de rénovation sur le site lamaisondestravaux.com.

Zoom sur les nouveaux matériaux de la rénovation thermique

Le respect de l’environnement prend une importance de plus en plus grande dans le domaine du BTP. De nombreux experts cherchent à développer des matériaux durables avec des performances énergétiques élevées. Ils se tournent vers de nouvelles matières moins polluantes.

La première d’entre elles est la pierre ponce. Cette roche est constituée à 90 % d’air. Ajoutée à d’autres matériaux, elle améliore la résistance de ces derniers aux contraintes extérieures et favorise l’absorption de l’humidité. Elle est, de plus, légère et très résistante.

La perlite fait aussi partie des matières qui se trouvent sur le devant de la scène. Il s’agit encore d’une roche poreuse. En plus de sa capacité à retenir l’eau, il s’avère qu’elle est aussi résistante à la corrosion et au feu. Elle sert à composer un isolant thermique, décliné sous forme de granulés, qui respire, n’émet pas de gaz volatil nocif et peut ne pas s’enflammer. Elle est un véritable gage de confort et de sécurité.

Les terres de diatomées sont des matériaux naturels que l’on emploie de plus en plus dans l’isolation en cas de construction ou de rénovation thermique. Ces matériaux fossiles peuvent absorber de grandes quantités de liquide et sont des remparts efficaces face à l’humidité.

Les fibres de cellulose, issues du papier recyclé, trouvent aussi leur place parmi les nouveaux isolants. Résistantes aux microfissures, elles garantissent une bonne stabilité à l’isolation. Tous ces nouveaux matériaux s’associent à d’autres et permettent de mettre en œuvre une isolation innovante et durable.

D’autres merveilles de la nature, comme le silicium amorphe expansé, sont de plus en plus employés comme matériaux isolants. Sous forme expansée, il possède une excellente stabilité dans le temps et se révèle particulièrement isolant.

On redécouvre également le liège. Ce matériau naturel occupe une place à part dans les nouveaux isolants.

Le liège : un matériau qui a le vent en poupe

Le liège est un matériau révolutionnaire, connu depuis l’Antiquité. Les Romains l’utilisaient déjà pour isoler leurs demeures. Ils mélangeaient l’écorce de chêne-liège à de l’argile pour éviter que la chaleur ou le froid ne s’installent dans leurs maisons.

Ce matériau provient de l’arbre à liège. Il s’agit de l’écorce de ces arbres. Elle peut être récoltée tous les dix ans, sans endommager l’arbre. Le liège est donc un matériau durable. Son exploitation contribue même au maintien en bonne santé des forêts de chênes et de leurs écosystèmes. Il est solide et s’emploie, aujourd’hui, dans de nombreux secteurs.

Il est courant dans le domaine du vin et s’invite, depuis quelque temps, dans celui du bâtiment. Sa structure en nid d’abeille fait de lui un isolant thermique intéressant, car il est entièrement naturel et résiste bien à la chaleur. Il a une faible conductivité. Il est particulièrement efficace pour réduire la quantité de chaleur qui va se transférer à travers les sols, les murs ou les plafonds.

Il possède aussi la particularité d’être résistant à l’humidité. Exposé à de l’eau, il ne s’abîme pas facilement. C’est pour cette raison que le secteur du BTP l’apprécie pour renforcer l’isolation des murs. Il empêche avec efficacité les champignons et les moisissures.

Ce matériau peut s’utiliser seul ou mélangé avec d’autres. Il est pertinent dans de nombreux endroits et n’est pas très cher.

De nouveaux matériaux isolants font leur apparition ou sont redécouverts. Ils offrent au secteur du bâtiment l’opportunité de se transformer durablement. Ils réussissent le tour de force d’allier l’efficacité aux économies. Ils permettent à tous ceux qui veulent investir dans une maison écologique de le faire sans craindre de faibles performances en matière d’énergie et un confort approximatif. Avec eux, le logement se révèle définitivement vert et résolument agréable. Leur plus grand avantage est qu’ils peuvent, pour la plupart, s’associer à des matériaux existants. Il n’est plus nécessaire de tout enlever lors d’une rénovation. On peut reprendre et associer.


Plan du site